Une fois tout le matériel assemblé et installé dans le meuble, nous allons passer à la partie la plus délicate de l’installation du Bartop, ou de la borne d’arcade : la configuration logicielle.

Notez que cette partie est commune à toutes les installations, que ce soit un Bartop, une borne d’arcade de type « cabinet » ou table d’arcade.

Comme nous n’allons pas utiliser de périphérique comme le clavier et la souris et que nous avons seulement le joystick à notre disposition et les boutons qui composent le « control panel », entendez par là « le panneau de commandes », nous allons faire en sorte de pouvoir contrôler l’ensemble des applications uniquement par un système de menus, navigable au joystick. Pour les plus perfectionnistes d’entre-vous, nous irons même jusqu’à effacer l’interface visuelle de Windows au démarrage et pendant l’exécution en passant par un logiciel appelé « Front-End », sorte d’interface graphique de sélection de commandes. Prêt(e)?… C’est parti!

INSTALLATION DE L’OS

En ce qui concerne la configuration logicielle, j’ai opté pour une émulation sous une base Windows Xp S3 professionnel.

Pourquoi Windows Xp pro et surtout pourquoi avoir choisi un OS obsolète? Tout simplement parce d’une part qu’il a fait ses preuves et comporte de nombreuses options supplémentaires par rapport à Xp home edition, et outre le fait qu’il n’y ait plus de mise à jour du système, cela ne l’empêchera pas de fonctionner correctement avec un bon antivirus (ou pas, de toute façon, cette machine « hors réseau » ne risque rien en théorie). D’autre part, c’est un OS stable et qui supporte de nombreuses modifications. Certes, il est plus lourd qu’un Ubuntu mais plus accessible en configuration au plus grand nombre.

Je ne vais pas détailler ici la façon d’installer Windows Xp sur un ordinateur, de nombreux tutoriaux existent sur le toile. Pour partitionner le disque dur, il est possible de le faire sous Windows Xp en utilisant le logiciel prévu à cet effet dans le « Panneau de configuration/Outils d’administration/Gestion des disques durs ». Préférez cette méthode plutôt que des logiciels tiers inconnus bourrés de spywares et autres joyeusetés que vous pourrez trouver sur la toile sur les sites de téléchargement officiels (ou pas). Effectuez la partition du disque juste APRES l’installation de Windows et AVANT l’installation des programmes.

J’ai partitionné mon disque dur de 500 Gigas en 4 :

  • C: Windows (40 GG)
  • D: Programmes (70 GG)
  • E: Jeux (100 GG)
  • F: Medias (290 GG)

Le disque D (Programmes) me servira à placer les programmes annexes de fonctionnement (antivirus, FTP, PDF, bureautique, outils multimédia etc…), le disque E (Jeux) comprendra les différents émulateurs, les roms et le Front-End et enfin seront stockés sur le disque F (Medias) les fichiers audios et vidéos. Vous pourrez par la suite ré-ajuster les partitions en fonction de vos besoins, voire ajouter un second disque dur. Bien entendu, la taille de vos partitions dépendra avant tout de la taille de votre disque dur. Mais n’oubliez pas de laisser au moins 50% d’espace libre à Windows pour fonctionner. Il va de soi que la quantité d’espace alloué va dépendre avant tout de la capacité de votre disque dur.

Le diagramme ci dessous vous donnera un aperçu des proportions en fonction de la capacité de votre DD:

stats

Afin de soigner l’esthétisme, j’ai choisi de remplacer l’écran de démarrage classique et moche de Windows Xp par un écran Mame de chargement plus classe. Pour cela, j’ai utilisé un petit logiciel « BootSkin » qui va me permettre de changer l’écran de chargement.

windobe bootskin red

Avouez que ça change tout! (Retrouver toute la procédure sur l’utilisation de Bootskin ici)

Si nous voulons pousser la perfection encore plus loin, nous  pouvons également choisir de désactiver l’écran de bienvenue de Windows Xp.

bienvenueXP

Rendez-vous dans « Démarrer >> Paramètres >> Panneau de configuration >> Comptes Utilisateurs »

welcome1

Puis cliquez sur le troisième onglet « Modifier la manière dont les utilisateurs ouvrent et ferment une session » et décochez la première option ‘Utilisez l’écran d’accueil ». Validez les paramètres et c’est tout!

welcome2

INSTALLATION DE MAME

Sur la partition E (l’espace « Jeux »), nous allons installer un émulateur Mame32 pour sa compatibilité avec un grand nombre de roms. Attention si vous choisissez votre installation sous un autre OS ou une autre architecture : il existe une version de Mame optimisée pour chaque système. Préférez par exemple Mame64 pour un système 64 bits. Je vous invite à vous rendre sur le site officiel de Mame afin de choisir la version qu’il vous faut. Sur ce site, vous ne trouverez que le logiciel sans les roms (les jeux au format zip). Les roms faisant l’objet de copyrights pour une grande majorité, vous ne pourrez les obtenir que sur des sites de téléchargement alternatifs (notez tout dans la nuance!). Une requête sur votre moteur de recherche préféré vous mènera facilement vers le Graal.

Une fois que vous avez installé Mame et téléchargé les roms, placez les fichiers zippés dans le répertoire « roms ». Important : ne pas dézipper les fichiers. L’émulateur se chargera de dézipper automatiquement les roms lorsqu’elles seront chargée.

IMPORTANT : Si vous avez eu la patience de lire ce texte jusqu’ici, je peux imaginer que vous êtes fortement intéressé(e) par le sujet. A partir de ce point, je tiens à vous prévenir que nous entrons dans un « no man’s land » pour tout ce qui touche la technologie « Mame ». En effet, Mame est un projet développé en Open source par une poignée de passionnés de l’émulation au sens large (voir historique wiki par ici). Ce qui veut dire que Mame est loin d’être une science exacte. Ce qui fonctionne (ou semble fonctionner) sur une configuration X ne fonctionnera pas forcement sur une configuration Y avec les mêmes paramètres (version de Mame différente, version de Rom, version de bios, configuration de l’OS, position des planètes etc…).

Motivé(e)? Très bien. Nous allons pouvoir commencer l’installation et la configuration de Mame.

C’est par ici que ça se passe!

Le lancement de l’application se fait par « mame32.exe ». Mame32 intègre un petit navigateur interne afin de sélectionner les jeux au joystick. Mais avant de pouvoir accéder à ce navigateur, il faut le lancer à partir de Windows afin de supprimer les clics de souris qui nous font accéder au programme. C’est là que rentre en scène le Front-End.

INSTALLATION DU FRONT-END

La finalité de la construction d’une borne d’arcade est de pouvoir fabriquer un objet qui va se comporter en borne d’arcade : pouvoir présenter dès l’allumage de celle-ci, un menu déroulant proposant l’ensemble des jeux sur lesquels nous allons pouvoir jouer, sans passer par un clavier ou une souris. Idéalement, configurer Windows afin que l’utilisateur final ne se doute pas que tous ces jeux sont propulsés par un ordinateur sous Xp qui émule le tout. Afin de pouvoir répondre à cette problématique, nous allons mettre en place une sur-couche logicielle appelée « Front-End ».

Le Font-End n’est ni plus ni moins qu’un logiciel qui va proposer une présentation des différents émulateurs ou programmes présents sur l’ordinateur sans passer par l’interface de l’OS, ici Windows (les choix ne se faisant que par le joystick et les boutons).

Des Front-Ends, il en existe des tonnes et chacun a ses fidèles supporters. Si certains présentent des interfaces soignées et un peu tape à l’oeil, gare aux ressources! Un Front-End comme HyperSpin est extrêmement gourmand en ressources et nécessite une configuration musclée pour tourner. Dans ce cas précis, nous ne parlons plus de récup’ mais de matériel hardware spécifique pour pouvoir faire tourner le tout.

Parmi les Front-ends les plus courants vous pourrez trouver :

  • AtomicFE (qui présente l’avantage de pouvoir supporter tous les émulateurs et applications)
  • Cabrio FE (front-end opensource pour linux)
  • GameEx (un des projets les plus avancés incluant un HTPC très abouti)
  • Hyperspin (un front-end très visuel mais gourmand en ressources)
  • MaLa  (un des plus anciens Front-end en freeware configurable dans tous les sens)
  • Maximus Arcade (très beau Front-end basé sur la technologie Flash mais pas gratuit)
  • mGalaxy (interface sobre optimisé pour Windows)

Après les avoir tous testés, j’ai opté pour AtomicFE pour sa simplicité de configuration et sa polyvalence. Ce n’est pas le plus sexy mais il fait le job et c’est tout ce qu’on lui demande.

atomicFE

Une fois l’installation faite, il se présente en deux parties : la partie configuration et la partie utilisation.